Généraliser le 30 km/h pour une ville plus sûre et plus apaisée
Partager

L’insécurité routière est un fléau. Chaque année dans les rues de Montpellier on dénombre en moyenne près de 10 personnes tuées et plus de 300 personnes gravement blessées.
Il est n’est pas acceptable de s’habituer à de tels chiffres. La sécurité doit devenir une priorité absolue. Comme Eric Piolle l’a fait à Grenoble, les écologistes proposent de généraliser à Montpellier le 30 km/h en ville pour faire de nos rues et de nos quartiers des espaces apaisés.
Aujourd’hui, le 50 km/h est la règle et le 30 km/h l’exception. Demain ce sera l’inverse. Toutes les rues résidentielles seront limitées à 30 km/h et seuls les grands axes seront autorisés à 50 km/h.
Modérer la vitesse n’est pas une fin en soi. C’est un moyen pour :
– améliorer la sécurité de tous et en particulier des usagers plus vulnérables, piétons et cyclistes (la probabilité de tuer un piéton est de 80% à 50km/h, de 10% à 30km/h)
– permettre des aménagements favorables à la marche, au vélo et à la vie de quartier
– réduire le bruit et la pollution.
Une mesure en faveur du vélo
Généraliser le 30 km/h, c’est faciliter l’usage du vélo en ville. Généraliser les double sens cyclables dans les rues à sens unique pour les voitures. Favoriser une cohabitation plus sécurisée entre voitures et vélos.Une mesure en faveur de la vie de quartier
Généraliser le 30 km/h, c’est encourager la marche, le commerce de proximité et la vie de quartier. C’est l’occasion de repenser, quartier par quartier, avec les habitants, un plan de circulation qui limite le trafic de transit et permette un meilleur partage de l’espace public.Installer un panneau de limitation à 30km/h ne suffit pas. Cette politique de modération des vitesses devra impérativement s’accompagner d’aménagements d’espaces publics dans les quartiers. Élargir les trottoirs, planter des arbres, embellir nos rues pour qu’elles deviennent plus apaisées et plus conviviales. Des aménagements qui seront co-construits avec les habitants en fonction des besoins de chaque quartier.Chaque maire est responsable des mesures de limitation de vitesse dans son commune. Pour que cette généralisation du 30km/h en ville soit bien comprise, je proposerai aux maires des communes de la Métropole de partager un agenda commun dans sa mise en œuvre sur notre territoire. Notre objectif : généraliser le 30 km/h sur Montpellier au 1er janvier 2021.

Priorité à la sécurité autour des écoles
En lien avec la généralisation du 30 km/h, les écologistes proposent d’expérimenter des « rues aux écoles » ; c’est-à-dire des rues temporairement fermées à la circulation des véhicules motorisés aux heures d’entrée et sortie d’école.
Ce dispositif vise à :
– renforcer la sécurité autour des écoles
– protéger les enfants de la pollution de l’air issue du trafic motorisé
– encourager la pratique des mobilités dites « actives » (marche, vélo)
Nous voulons que nos enfants puissent aller à l’école à pied ou à vélo en toute sécurité. Dans des rues plus apaisées et plus respirables. Nous proposerons aux écoles et aux parents d’élèves volontaires d’expérimenter ce dispositif « rues aux écoles ». En fonction des résultats de ces expérimentations, nous étudierons en concertation avec les habitants les possibilités de piétonisation permanente des rues autour des écoles.
Autour de Clothilde Ollier : Guylaine Lang-Cheymol, vice-présidente de la ligue contre les violence routière, Coralie Mantion, porte-parole d’EELV Montpellier