Midi Libre – Montpellier : « Il n’y aura pas de logements étudiants ou autres à Cambacérès »
Partager

Un quartier où, pour l’heure, figure très esseulée la gare Sud de France, actuellement fermée. Un quartier où, pour l’heure, figure très esseulée la gare Sud de France, actuellement fermée. MIDI LIBRE – JEAN MICHEL MART

Article Publié le 25/11/2020 à 10:36 , mis à jour à 10:40

Coralie Mantion, élue écologiste et vice-présidente, a haussé le ton lundi 23 novembre en séance.

C’est sans doute le quartier dont on parle le plus ces derniers mois en conseil municipal ou de Métropole et c’est pourtant celui où personne ne vit. Pour preuve, même la gare Sud de France, qui trône esseulée sur ses terres, est fermée au vu du peu de trafic actuel SNCF. L’avenir de Cambacérès est une nouvelle fois revenu sur le tapis. Avec, en ligne de mire, la possible construction de logements, notamment étudiants, qui avait été projetée par l’ancienne municipalité.

Coralie Mantion règle ses comptes

Et si, jusque-là, l’écologiste et vice-présidente Coralie Mantion avait gardé son calme, elle a clairement réglé ses comptes face aux critiques de l’opposition sur ce sujet : « Le sud-ouest de Montpellier a été abîmé et détruit. Notre objectif est très simple sur ce projet : il est de limiter les dégâts de l’artificialisation des sols enclenchée par les précédentes mandatures. »

« Contrairement à ce que certains pensent, nous ne nous sommes pas vendus pour quelques places, nous n’avons pas cherché à aller au plus offrant, mais nous avons travaillé sur un projet commun avec le Parti socialiste. Parce que c’est cela aussi la politique, c’est dialoguer, échanger et trouver des compromis. »

« Il n’est pas question de continuer à détruire la ceinture verte de Montpellier »

Face à ceux qui assènent qu’on ne fait pas de compromis avec l’écologie, Coralie Mantion préfère objecter un certain pragmatisme : « Nous avons accepté de viabiliser environ 25 ha entre la gare et Odysseum, car ce sont des terres qui étaient déjà viabilisées, terrassement, routes et réseaux posés. »

« Mais c’est bien grâce à nous que ce sont 130 ha, pas un demi-hectare de parking devant un hôtel (en référence à l’agrandissement souhaité par le domaine de Verchant qui avait valu une flopée de critiques de l’opposition à Coralie Mantion qui avait présenté le dossier, NDLR) de terres naturelles et agricoles qui seront préservées. Il n’est pas question de continuer à détruire la ceinture verte de Montpellier. »

Quel avenir pour les terres viabilisées ?

« Nous réaffirmons qu’il n’y aura pas de logements dans ce quartier, même si certains déplorent le manque de mixité fonctionnelle ou d’autres qui s’expriment dans la presse. » 

Pas de logements dans ce bout de terre coincé entre les deux autoroutes, un des plus pollués, qu’ils soient pour les étudiants de la future Montpellier business school, sociaux ou plus résidentiels. Michaël Delafosse a ajouté que les cessions foncières engagées et votées lors de ce conseil « seront destinées à accueillir des activités d’ordre économique ».

Emilie BEC