Défi aux montpelliérains : et si dans le monde d’après on mangeait local ?
Partager

A partir du 22 mai, on mange pour moins de 100 km !

Le mois de mai marque le début du déconfinement, mais il doit surtout signifier l’entrée dans l’indispensable mutation écologique et sociale.
Nous avons la confirmation qu’il est insensé de délocaliser la production des biens de première nécessité à l’autre bout de la planète.
Nous savons en particulier qu’il est irresponsable de dépendre du reste du monde pour s’alimenter au quotidien. La France est loin d’être auto-suffisante : elle importe la moitié des fruits et légumes consommés dans le pays, l’alimentation du bétail ne serait pas possible sans l’importation massive de soja OGM, du Brésil notamment. Et que dire de la métropole montpelliéraine qui, comme toutes les métropoles de France, n’est auto-suffisante qu’à hauteur de 2% !
Alors, à partir du 22 mai, les militant-es du groupe local EELV Montpellier se lancent un défi et invitent toutes celles et ceux qui souhaiteraient y participer à les rejoindre : pendant quinze jours, nourrissons-nous le plus possible avec des aliments produits à moins de 100 km puisque c’est le rayon de liberté qui nous est donné.
       
Nous ne sommes pas naïf-ves, nous savons qu’il est aujourd’hui très difficile de se nourrir uniquement avec des produits locaux. Mais nous savons aussi qu’il est possible de relocaliser une partie non négligeable de notre alimentation.
Cette expérience locavore doit donc permettre d’éprouver certes les difficultés pour se nourrir le plus localement possible, mais aussi les opportunités à notre portée.  Elle fera ressortir les inégalités que le modèle agroalimentaire dominant entretient pour l’accès à des produits sains et vertueux. Mais en partageant  les adresses de produits locaux, privilégiant l’agriculture biologique et les circuits court,  elle soulignera celles et ceux qu’il est important de développer pour tendre vers une plus grande autonomie alimentaire de notre territoire.
Pour cette expérience, à chacun son objectif : 25%, 50 %, 80 %… de produits locaux de qualité. Comme on veut, comme on peut ! Pas de gagnant. Pas de perdant. Nous nous lançons avant tout dans une expérience partagée : des bons plans, des recettes, quelles courses et où…
Le 22 mai, mettons la liberté alimentaire dans notre panier !
Pour s’inscrire et recevoir toutes les informations pour commencer l’expérience:
L’expérience sera relayée sur :

Une réflexion au sujet de “Défi aux montpelliérains : et si dans le monde d’après on mangeait local ?

  1. Bonjour,

    Je suis très intéressée pour obtenir de bonnes adresses pour manger local.

    Courtoisement.

    Cris

Les commentaires sont fermés.