Conseil municipal du 5 octobre 2020 – Délibérations et interventions des élu-es écologistes
Partager

Lors de ce conseil municipal axé sur la protection de la population (sécurité, santé…), les élu-es écologistes ont rapporté plusieurs projets de délibérations: lutte contre le harcèlement de rue, objectif « zéro phyto », poursuite du plan de politique alimentaire durable, dispositifs culturels au profit des élèves, vœu en faveur du bien-être animal… Retrouvez ci-dessous les interventions des élu-es (texte et video):

  • Renforcement de la lutte contre les outrages sexistes : formation des personnels verbalisateurs (Fatma Nakib)
  • Attribution de subventions entre l’État, la Métropole de Montpellier et la Ville (Mustapha Laoukiri)
  • Charte régionale « Objectif Zéro Phyto » (Stéphane Jouault)
  • Adhésion à l’association « Un Plus Bio » (Marie Massart)
  • Dispositifs « École et Cinéma« , « Collège au cinéma », « Lycéens et apprentis au cinéma » et Convention avec le CROUS (Célia Serrano)
  • Vœu pour des cirques sans animaux (Eddine Ariztegui)
Lutte contre le harcèlement de rue
(Fatma Nakib)
Convention d’attribution de subventions au titre de la dotation politique de la ville 2020
(Mustapha Laoukiri)
Adhésion à l’association
« Un Plus Bio »
(Marie Massart)
Dispositifs éducatifs de sensibilisation au cinéma
(Célia Serrano)

Le groupe « Choisir l’Ecologie » est par ailleurs intervenu sur 2 affaires pour lesquelles les 12 élu-es se sont prononcé-es contre la délibération soumise au vote:

Verbatim des interventions

Intervention de Stéphane Jouault

La charte régionale zéro phyto est portée par la FREDON Occitanie qui est une Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles, organisme délégataire de missions de service public. Elle traduit l’engagement des collectivités à ne plus utiliser de produits phytosanitaires.

Pour la ville de Montpellier, c’est l’aboutissement d’un processus qui a commencé en 2016 pour les espaces verts puis la voierie et les cimetières, et qui se poursuit aujourd’hui dans le domaine des terrains de sports depuis cet automne.

Pour saluer cet engagement de la ville de Montpellier, la FREDON a souhaité que la remise annuelle des labels pour toutes les communes lauréates se tienne à Montpellier en décembre. Dans la mesure où les conditions sanitaires le permettent bien sûr.
Je vous propose donc d’approuver l’adhésion de Montpellier à cette charge régionale « zéro phyto ».

Intervention de Eddine Ariztegui

La Ministre Barbara POMPILI a annoncé la semaine dernière la fin progressive des cirques itinérants avec animaux sauvages parmi d’autres mesures concernant les animaux sauvages.

Fin 2018, la précédente équipe municipale avait voté un vœu demandant une législation nationale contre les cirques avec animaux sauvages et pour empêcher ces cirques de s’installer dans la commune de Montpellier.

Nous exprimons aujourd’hui un vœu qui va au-delà, afin de demander l’interdiction dans les cirques de tous les types d’animaux, quels qu’ils soient (sauvages, domestiques, de ferme ou autres).

Car aucun animal ne devrait avoir à subir l’exploitation et la contrainte de devoir assurer un spectacle dans un cirque au prix d’un dressage souvent cruel et de conditions de vie incompatibles avec leur espèce.

Nous encouragerons la venue de cirques éthiques, sans animaux vivants, mais mettant au centre la relation magique que l’on peut avoir avec un animal et la bienveillance que nous devons leur accorder, dans le respect de leur dignité. C’est ce que nous ferons avec le cirque Bouglione.

Intervention de Bruno Paternot

Les écologistes ne sont pas partisans de l’installation de caméras de surveillance dans l’espace public. Nous ne l’avons jamais été ailleurs, nous ne le sommes pas ici non plus.

Ne confondons pas vidéo-verbalisation, vidéo-surveillance et vidéo-protection.

Protéger vient du latin protegerer qui signifie « abriter ». On peut s’abriter dans les bras d’un policier, on peut s’abriter dans le regard ou l’uniforme d’une policière. On ne peut pas s’abriter dans les bras d’une caméra de vidéo-surveillance. « Sur-veiller », veut bien dire « regarder par en dessus », c’est exactement la place de la caméra.

Dans un contexte budgétaire compliqué, quand il faut répondre au sentiment d’insécurité, les écologistes privilégieront toujours l’humain car la caméra ne fait pas vraiment dans le sentiment.

Si l’on rapporte en 1 an le nombre d’interpellations, on arrive à ce chiffre (trop faible à nos yeux) de 2 interpellations par caméra et par an. Et ce ne sont pas les caméras qui sont allées avec leurs petites mains faire les interpellations, il y a des policiers derrière. Tout policier fera proportionnellement mieux avec le même budget alloué.

Je relisais hier Jean-Christophe Buisson du Figaro qui parlait à propos de « La loi du Marché » de Stéphane Brizé et il expliquait sur Vincent Lindon dans ce film que : « son métier n’est pas de surveiller mais de gérer les caméras ».

Dans une politique du care, les caméras servent principalement à réparer. Gouverner c’est prévoir et les écologistes préfèrent prévenir que guérir.

Par ailleurs on se trouve aujourd’hui dans un monde de liberté surveillée et le groupe écologiste est attentif à gagner en liberté, malgré le contexte sanitaire.

C’est pour cela que nous voterons pour les 5 autres délibérations qui concernent une sécurité qui augmente les libertés, notamment la sécurité des femmes dans l’espace public qui est une priorité du mandat.

ET nous nous réjouissons malgré tout de la caméra placée dans la gare fantôme Sud-de-France, elle permettra au moins de compter les passagers qui s’y trouvent, c’est déjà pas mal.

Intervention de Coralie Mantion

Rien ne va plus!

Quels sont les avantages au fait d’être classée station touristique ?

– La majoration de l’indemnité des élus

je ne pense pas que la majorité ici présente, qui a voté la baisse de 5% des indemnités, le souhaite, donc inutile

– Le surclassement démographique qui permet d’augmenter l’effectif de collaborateurs du cabinet du maire, encore inutile

–  L’affectation directe du produit de la taxe additionnelle aux droits d’enregistrement ou à la taxe de publicité foncière

Cette avantage est valable uniquement pour les communes de – 5000 habitants car les autres perçoivent déjà au titre des dotations annuelles, le produit de ces taxes. Il me semble que nous sommes plus de 5000 habitants donc encore un avantage inutile.

– La possibilité de donner des agréments à des agents titulaires de la commune habituellement affectés à des emplois autres que ceux de la police municipale ou à des agents non titulaires, d’assister temporairement les agents de la police municipale

Etre agent de police ne s’improvise pas. Et je suis sûre que personne ici ne veut jouer avec la sécurité de nos concitoyens. Encore une fois : inutile !

– Dernier point : la possibilité d’implanter un casino sur la commune

Si l’on considère un casino comme une attractivité et qu’on souhaite un rééquilibrage du territoire et donc que toutes les attractivités ne soient pas concentrées sur Montpellier, c’est un non sens d’implanter un nouveau casino sur la commune alors que le bassin de vie de Montpellier est déjà doté de 2 casinos (à Palavas et à La Grande Motte).

De plus, je ne peux imaginer que le rayonnement de Montpellier passe par ce type d’établissement. Les casinos sont des mirages de l’argent facile. Ils donnent de faux espoirs aux personnes précaires de gagner le jackpot et d’avoir une nouvelle vie. Ce sont des sociétés qui se font de l’argent sur le dos de nos concitoyens. Je n’ose imaginer que c’est avec un casino que vous voulez que Montpellier rayonne.

Ce classement ne fournira pas une identité à Montpellier, ce classement est un classement administratif sans avantage.

C’est le quinté des inutilités.

Pour les écologistes, les jeux sont faits :  ce sera contre.