Cantines scolaires : les écologistes interrogent les parents à Montpellier
Partager

Les écologistes montpelliérains lancent une consultation sur les cantines scolaires à Montpellier sur un site dédié : monavissurlacantine.fr

C’est aux parents de décider avec la collectivité ce qu’ils souhaitent de mieux pour leurs enfants.

Ce matin, les écologistes distribuaient devant l’école Chaptal, aux Arceaux à Montpellier des pommes et des poires bios locales pour expliquer leur démarche auprès des parents d »élèves.

Christian Dupraz, Coralie Mantion, devant l’école Chaptal

Le mardi 11 décembre , ils délivreront les premiers résultats de cette consultation qui durera un an, au Dôme à 19h.
Retrouvez le Rdv sur Facebook 

Avec à peine 1 menu bio sur 2 mois servi dans les cantines scolaires, Montpellier est à la traine en terme d’alimentation saine.

Notre objectif : atteindre le 100% bios et local à un moindre coût.

La ville a la responsabilité d’offrir une alimentation saine et locale aux enfants de ses écoles.

Pour cela, il faut mettre en place une vraie politique alimentaire qui va de l’aliment au foncier en passant par la transformation, l’agriculture et la gestion des déchets.

Et ça commence par la mise en place de ZAP (Zone Agricole Protégé).

Explications :

Comment arriver à proposer des menus bios peu couteux ?

–  Affiner les volumes
Il est prouvé que les aliments bios sont plus nutritifs que ceux issus de l’agriculture conventionnelle. On peut donc diminuer les quantités servis

–  Éviter le gaspillage
On distribue la juste quantité, en laissant les enfants se servir eux même.

–   Acheter les produits bruts
La transformation se fait dans les cuisines et non par l’industriel.

–  Diminuer le nombre d’intermédiaire en achetant local

La marge de chaque intermédiaire est ainsi économisée.

–  Créer des petites cuisines

Les petites cuisines permettent aux exploitants agricoles bios, qui ont une gamme restreinte de produit, de répondre aux appels d’offre.

Comment créer une filière locale qui pourra répondre à la demande ?

Pour proposer des aliments locaux, il faut aider les agriculteurs à s’installer.
La demande est là, mais malheureuse l’offre n’est pas présente.
Les propriétaires fonciers espérant que leurs terrains passent en zone constructible, ne les exploitent pas.
On se retrouve donc avec des friches tout autour de Montpellier. Les agriculteurs ne pouvant se permettre de s’installer pour une période indéterminée.
Ils ont besoin d’une vision à long terme pour travailler la terre.

Il faut donc sanctuariser ses terres agricoles.

Nous proposons donc de créer des ZAP (Zone Agricole Protégée) dans la ceinture verte de Montpellier pour que les agriculteurs puissent s’installer durablement.

La région Occitanie a fait de l’alimentation sa grande priorité pour l’année 2018. Plus de 55000 personnes ont participé à une enquête en ligne sur les priorités à mettre en oeuvre pour améliorer la qualité de notre alimentation.

Un pacte régional pour l’alimentation va être voté par le conseil régional lors de son assemblée Plénière du 20 décembre. La région soutient déjà et va soutenir encore plus activement les filières bio et locales, et s’engage à aider toute la filière à s’organiser. La région soutient également les collectivités territoriales qui souhaitent protéger les terres agricoles en participant à la mise en place de ZAP (Zones Agricoles Protégées) et de PAEN (Périmètres de protection et de mise en valeur des espace agricoles et naturels périurbains).

L’Etablissement Public Foncier d’Occitanie soutient ces initiatives, en mettant la priorité sur la requalification urbaine, afin de limiter la destruction de nouvelles terres agricoles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *